The Bow
The Bow
The Bow
The Bow
The Bow
The Bow
The Bow
The Bow

The Bow

Aka : L’Arc | 2005 | Corée du Sud | 88 mins | Drame | Un film de Kim Ki-Duk | Avec Seo Min-Jeong, Jeong Seong-Hwal, Seo Ji-Seok et Pyo Sang-Wu

Scénariste : Kim Ki-Duk | Directeur photo : Jang Seong-Baek | Réalisateur assistant : Chang Hoon & Jang Hun | Costumes : Kim Gyeong-Mi

Scénario de The Bow

Un vieil homme vit avec une jeune fille qu’il retient loin du monde, sur un bateau en pleine mer. Il compte l’épouser lorsqu’elle aura 17 ans. Les pêcheurs, de passage sur l’embarcation, ne manquent pas de remarquer la ravissante jeune fille, toujours farouchement surveillée par son protecteur. Mais, les rêves de mariage de ce dernier tournent à l’obsession lorsque s’éveille chez sa promise un intérêt pour un jeune homme de la ville…

Critique de The Bow

Cela va sans doute vous étonner, mais je dois vous annoncer que j’ai adoré le film The Bow de Kim Ki-Duk.Je vous entend déjà me crier dessus « Au Scandale« , pourtant, je suis franc, quitte à perdre certains d’entre vous, car à vrai dire, j’étais sceptique en me disant que j’allais voir l’un des films ayant reçu le plus de critiques négatives à son sujet, tout comme Loft de Kiyoshi Kurosawa que j’avais vu récemment et que je trouvais loin d’être mauvais, j’étais donc parti pour me dire que j’allais passer une mauvaise soirée en regardant ce film de Kim Ki-Duk et bien pourtant, j’ai été surpris, surement d’ailleurs après avoir lu certaines critiques.Comme on dit, lorsqu’on fait trop souvent les louanges d’un film, on est vite déçu en le voyant en s’imaginant qu’il était incroyable et je pense que l’inverse est également vrai, car en regardant le nombre de personnes ayant a à peine donné un quart de la moyenne au film, j’étais parti pour en faire autant.Il faut donc, parfois, ne se fier qu’à son instinct et braver l’avis général.Mais alors, pourquoi j’ai succombé à The Bow de Kim Ki-Duk alors que d’autres on crier à l’arnaque ? Tentons de voir cela en détail.

Tout d’abord, j’ai été bercé par l’ambiance si apaisante de The Bow, car si mes émotions balançaient d’un bout à l’autre, j’ai réussi à me projeter dans son film, pourtant ce dernier n’a absolument par chercher à se renouveler, il emprunte des sentiers bien connus du public, qui justement lui a valu certains retours de bâton, mais moi quand j’aime une ambiance, j’aspire à la retrouver de manière différente dans un autre film, qu’importe les qualités intrinsèques de l’œuvre, si son style me parle alors j’en serais conquis et passionné, pourtant il est clairement évident que The Bow fait miroir à son film Printemps, Eté, Automne, Hiver… et Printemps, par sa description du temps qui passe, mélangé à l’univers de L’ile.The Bow fût tourné en trois semaines, mais malgré tout c’est un film plaisant, cependant, ne jouons pas l’idiot, le film possède de nombreux défauts, mais comment expliquer qu’un film nous transporte même s’il n’est pas au top de ces capacités ? Car The Bow offre des scènes marquantes, des les premières minutes, les plans sont saisissants, soulignés par un montage soigné et une interprétation convaincante malgré un certain mutisme général.Ce qui m’a convaincu, ce n’est pas tellement l’histoire, mais sa photographie, son ambiance et surtout sa bande-son que j’ai trouvais divine, ce vieil homme utilisant un arc comme arme dangereuse et à la fois comme instrument de musique est incroyable.Alors il est vrai que The Bow est complètement dénué de substance, c’est avant tout par son lyrisme qu’il fait effet sur le spectateur ou pas, car je peux comprendre que certains n’ont pas réussit à accrocher à ce dernier.

Certes, The Bow emprunte la voie de la facilité, mais on ne peut dire que le film est mauvais, même si l’argumentation derrière chaque critique est tout à fait recevable, mais parfois, on aime un film sans savoir réellement pourquoi, tout simplement parce que l’on vit ce film, on y est transporté, surtout que je suis un fidèle amateur de ces films contemplatifs comme Last Life in Universe ou Vagues Invisibles, qui m’emmène loin, très loin pendant un long moment en me faisant oublier mon quotidien, un film qui envoute qu’on le veuille ou pas.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
The Bow de Kim Ki-Duk
Note
31star1star1stargraygray