Takeshis‘, c’est un peu le film de la vie de Takishi Kitano, acteur de cinéma, réalisateur, mais aussi, comédien et humoriste, tout ça dans un seul film !

Critique de Takeshis’

Premièrement, je tiens à dire qu’il est très difficile de faire une critique de ce film. Pourquoi ? Car ce film est le film le plus barré de Takeshi Kitano, et bien du monde a du mal à comprendre toutes les subtilités de celui-ci. Même, le réalisateur n’arrive pas à expliquer lui-même, certains passages de celui-ci. Je vais donc essayer de vous donner envie de voir ce film tout en expliquant les raisons pour lesquelles je considère cette œuvre comme l’un des meilleurs films du réalisateur. Takeshis’ est bien un Ovni « Kitanesque ».

Le réalisateur courageux

Takeshi Kitano a le courage de retenter l’expérience d’un film complètement barré même après l’échec de sa dernière tentative avec le film Getting Any ?. Takeshis’ est une comédie absurde à l’humour « kitanesque », sans aucun doute. L’histoire peut être décrite assez facilement : Takeshi Kitano interprète deux rôles. Le premier étant le rôle du Takeshi Kitano réalisateur, connu et apprécier de tous. Le second est le rôle d’un fan de Takeshi Kitano, qui essaye à tout prix de devenir comme le vrai Takeshi Kitano.

Un acteur, un réalisateur, deux personnages…

Rien que dans l’interprétation de ces deux rôles, on comprend pourquoi ce film laisse présager des scènes complètement déjantées et un humour si cher au réalisateur. Jouer son propre rôle tout en se moquant de doublement de soi-même, c’est un pas énorme en tant comédien.

Parodie et autodérision

Takeshis‘ est donc un film sur Takeshi Kitano, et seuls les très grands réalisateurs peuvent le faire. Celui-ci nous offre un film d’autodérision, parodique et fort amusant. Takeshis’ est en premier lieu, bourré de références aux autres films du réalisateur. Le passage sur la plage où Kitano et sa femme son assis sur une pierre près du sable avec trois mecs plus loin qui jouent au foot est une scène mythique du film Hana-Bi.

Du fan service avec Takeshis’

D’autre part, la scène du combat contre les samuraïs est typiquement révélatrice de son film Zatoichi. De même que les gros cartons entre yakuza et Takeshi Kitano, à coup de Bérretas, reprennent sensiblement les grandes scènes d’action des films de Kitano comme dans Sonatine. Les fans du réalisateur/acteur auront un sourire aux lèvres en regardant ces scènes. De plus, on retrouve une grande partie des acteurs qui ont déjà joué avec Takeshi Kitano et évidemment, c’est un régal. Ces derniers jouent également, dans la plupart des cas, deux rôles, pour former un ensemble dans le scénario du film.

Terajima Susumu, toujours présent chez Kitano

Le début de Takeshis’ nous met déjà dans la situation : Takeshi Kitano, le grand réalisateur rencontre lors d’un passage dans un studio de télévision, un clown qui une fois démaquillé, lui ressemble à s’y méprendre. Ce clown a comme compagnon de route, Terajima Susumu, habillé au passage d’une superbe chemise Hawaïenne. Terajima Susumu (Postman Blues, Afterlife)  interprète également un Yakuza qui squatte l’entrée de l’appartement de Takeshi Kitano, l’acteur raté.

Divertissement 100% Kitano

On comprend déjà l’intérêt et le comique de situation lorsque les personnages se croisent. Takeshi Kitano, l’acteur raté, essaye de devenir comme le réalisateur qu’il adule. Il rêve de flinguer des hordes de Yakuzas comme dans les films de Kitano, sans y parvenir dans la réalité. Takeshis’ n’est donc pas un film à prendre au sérieux. C’est un divertissement à 100% destinés aux fans du réalisateur. Kitano reproduit Kitano, il s’amuse à caricaturer ses propres films de manière très subtile. La violence nous saute aux yeux de manière imprévisible.

Un ovni du cinéma ?

Puis le film se termine dans un délire total. Takeshis’ semble être un film pour tester les limites du cinéma et des spectateurs. Il est véritablement différent de tous les autres films que vous avez pu voir. C’est un Ovni du cinéma, une caricature de soi-même, dans un univers expérimental et complètement « kitanesque ».

Violence avec maîtrise

Dans Takeshis’, la violence est pratiquement omniprésente, comme pour satisfaire le spectateur des frustrations qu’il a pu avoir dans les précédents films de Kitano, où la violence était plutôt maîtrisée dans des scènes finales. Ici la violence prend part dans chacune des parties du film. Takeshis’ est d’ailleurs un film au montage très surprenant. En effet, le film nous est présenté dans plusieurs sens à la fois, expliquant parfois la fin avant le début, l’action avant la condition.

Passage du réel à l’irréel

On passe d’une scène de fin à une scène de début, en repassant par une partie du film correspondant au milieu de celui-ci, pour revenir au début et repartir à la fin. Autant vous dire qu’il faut être bien accroché pour savoir où l’on va. En ce sens, il s’agit encore ici d’une relation entre ses précédents films et Takeshis’. Dolls reprenait ce principe qui explorait la relation entre le réel et l’irréel avec un montage similaire.

Dans Takeshis’, on a du mal à savoir où commence le réel et où finit l’irréel. Takeshis’ nous montre le drame d’un réalisateur incapable de se séparer de sa marque de commerce, révèle par un alter ego, sa personnalité privée. On peut même aller jusqu’à déceler une attaque en règle contre le monde des yakuzas dans lequel il a effectué sa renommée en tant qu’acteur. Même si le film Takeshis’ semble devoir être pris au second degré, je ne pense pas qu’il s’agit ici de la recommandation du réalisateur.

Une œuvre personnelle du réalisateur

Takeshis’ est une création très personnelle du réalisateur, étrange et originale, avec laquelle il peut exprimer les excès qu’il n’a pas réussi à faire dans ses précédents films. Takeshis‘ surprendra la plupart des fans de Takeshi Kitano. Son univers, absurde et caricaturé, n’est pas aussi fou qu’il n’y paraît. Le clown du film, interprété par Takeshi Kitano et le réalisateur célèbre, interprété également par Takeshi Kitano, n’est pas anodin.

On peut penser que cette rencontre représente un certain aspect personnel de la vie de Kitano. Le clown représente ses débuts dans la comédie à la période où il jouait au théâtre Le Francais, et le réalisateur représente l’état actuel de son succès. Kitano semble est travaillé par le fait de passer du premier personnage à l’autre. Un semblant de perte de confiance dans son talent d’acteurs.

Captivant du début à la fin, mais…

Takeshis‘ devrait en tout cas, faire parler beaucoup de lui. Certains crieront « au scandale ! », d’autres « Kitano est un génie ! ». Chacun doit se faire sa propre opinion sur ce film , mais tout fan de Kitano se doit de voir l’un des films les plus aboutis selon moi, même si au premier abord, Takeshis’ peut laisser paraître à un foutoir total. Pour ma part, j’ai trouvé ce film très captivant. Je n’ai pas tout compris, mais je le regarderais à nouveau, plusieurs fois pour déceler les moindres significations cachées de ce dernier.

Informations sur Takeshis’

2005 | Comédie | 108 mins | Japon | Un film de Takeshi Kitano | Avec Takeshi Kitano, Kyono Kotomi, Kishimoto Kayoko, Osugi Ren, Terajima Susumu, Watanabe Tetsu, Musaka Naomasa et Takeshige Tsutomu

Takeshis'
Takeshis' 1
Takeshis' 2
Takeshis' 3
Takshis' 4
Takeshis' 5
Résumé
Date de la critique
Titre du film
Takeshis' de Takeshi Kitano
Note
31star1star1stargraygray