Epitaph

Epitaph Cover

Titre anglais : The Last Breath
Autre titre : Gidam, A Strange Story
Réalisé par : Jeong Shik et Jeong Byeong-Shik
Année : 2007
Pays : Corée
Genre : Horreur/Drame
Durée : 102 mins

Interprété par

Kim Bo-Gyeong
Kim Tae-Wu
Lee Dong-Gyu
Jin Gu
David Lee Mcguiness

Directeur artistique : Lee Min-Bok & Kim Yu-Jeong
Directeur photo : Yun Nam-Ju

Scénario : A l’annonce, en 1979, de la prochaine destruction de l’ancien hôpital Ansaeng, un docteur vieillissant se rappelle de quelques étranges événements survenus dans l’enclos du bâtiment durant la Seconde Guerre Mondiale.

Critique

Réalisé par les frères Jeong, dont le premier avait déjà travaillé en tant que réalisateur assistant sur le film The Beast and The Beauty, Jeong Shik et Jeong Byeong-Shik s’allient pour réaliser un film d’horreur coréen, Epitaph, qui montre que la Corée est encore capable de nous pondre des œuvres d’un genre déjà largement exploité, tout en ajoutant une touche de fraicheur, en se forgeant une nouvelle identité, au lieu de simplement imiter naïvement les formules qui ont fait le succès des films du genre.

Après avoir réalisé The Black House et son cinéma d’horreur psychologique teinté de gore ainsi que son film Evil Twin, qui nous replongeait dans l’univers des années 60, la Corée revient avec Epitaph, rare essai de films à sketches horrifiques à l’époque des années 40, encore sous l’emprise de l’occupation japonaise.

Epitaph image 1

L’histoire, un vieux docteur durant l’année 1979 (année durant laquelle le président Park Chung-hee fut assassiné) découvre que l’hôpital Ansaeng, l’un des centres médicaux les plus modernes durant l’époque coloniale, est sur le point d’être démoli.

C’est par l’intermédiaire d’un vieil album photo retrouvé, qu’une réminiscence de souvenirs va faire surface lors de sa vie à l’hôpital durant l’année 1942, lorsqu’’il fut témoin d’un certain nombre d’événements surnaturels.

Epitaph est un film d’horreur raffiné et intelligent, avec une interprétation des personnages tout à fait convaincante, et il s’en détache comme une atmosphère des plus épuré film d’horreur japonais, par ses somptueux décors et sa mise en scène travaillée.

Epitaph image 2

Découpé en trois épisodes distincts qui forment un tout correctement assemblé, Epitaph raconte dans un premier temps, la fascination d’un jeune interne pour une jeune victime d’un double suicide amoureux, dans un second temps, les efforts du docteur Lee qui tente de soigner la jeune Asako, hanté par les fantômes des membres de sa famille morte d’un accident de voiture et une dernière partie qui mélange habilement une intrigue policière fantastique au surprenant dénouement.

Trois histoires toute à fait convaincant qui donne au film, une ambiance particulière, bien loin des films d’horreur classique aseptisés, ici, Epitaph détourne plusieurs traits des habituels productions de films d’horreur coréen pour mieux les amener à leurs points culminants et offrir des scènes horrifiques d’une beauté rarement égalée.

Epitaph image 3

Le casting, incluant des acteurs comme Kim Eung-su, un vétéran du cinéma et Ye Soo-jeong, qu’on a déjà vu dans Save the Green Planet, délivre une belle performance, par contre Jin Ku est un peu moins bon dans son rôle alors que Kim Tae-Woo remplit tout à fait les conditions nécessaires, mais ne surpassent pas la grande performance de la jeune Ko Joo-yeon.

Ce qui donne vraiment ses lettres de noblesse à Epitaph, c’est sa personnalité et ses différentes facettes par rapport aux autres productions habituelles du cinéma d’horreur coréen, ici, point de Sadako et autres clichés de la femme aux longs cheveux noirs.

Epitaph image 4

Au final, Epitaph n’est peut-être pas aussi grand public qu’un Black House, néanmoins, il contribue à redorer le blason du cinéma d’horreur coréen sur un plan international, même si la psychologie des personnages aurait pu être encore plus poussée, l’esthétique du film et son ambiance si particulière lui confèrent une très bonne place dans le domaine des films d’horreur coréen.

[youtube 3-Qh_Hbq3gI]

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Epitaph de Jeong Shik et Jeong Byeong-Shik
Note
41star1star1star1stargray