The Victim
The Victim
The Victim
The Victim
The Victim
The Victim
The Victim
The Victim

The Victim

Aka : Spirit of the victim | Thaïlande | 2006 | Horreur | Durée : 108 mins | Un film de Arayangkoon Monthon | Avec : Sakakorn Pitchanart, Sirikul Penpak et Katekinta Keeradate

Scénario de The Victim

L’actrice débutante Ting gagne sa vie, en aidant la police dans la re-constitution de scènes criminelles. Elle pense tenir « le rôle de sa vie », en se glissant dans la peau de la fraîchement assassinée Min, ex-Miss Thaïlande. Mais elle est bientôt frappée par des singulières visions, alors que toutes les personnes de son proche entourage meurent de façon inexpliquée.

Critique de The Victim

Après avoir réalisé Garuda en 2004, Arayangkoon Monthon s’attaque au monde de l’horreur, avec un film de fantômes intitulé The Victim.Je dois dire que j’étais septique au vu du poster du film, imaginant un blockbuster thaïlandais sans fond, et au final, mon avis est très mitigé, pourtant quelques surprises étaient au rendez-vous.Cette fois-ci, il s’agit de l’histoire d’une jeune femme, Ting, qui cherche à faire carrière dans l’interprétation, et va être embauchée par la police, suite à une démonstration dans un bar, pour reconstituer des affaires de meurtres en présence des agresseurs afin de déterminer les causes de la mort.Et si vous avez suivi un peu, le titre du film est The Victim, est donc bien entendu, la jeune Ting, remplace ces dernières durant ces reconstitutions.

Dans son domaine, Ting est plutôt habile, puisqu’elle fait craquer nombreux meurtrier en arrivant à leur soutirer la vérité de leurs actes passés.Afin de respecter l’âme, des victimes, Ting, rend toujours hommage à ces dernières au cours d’une cérémonie traditionnelle avec les bâtons d’encens.Mais à chaque fois, qu’elle interprète une victime et qu’elle lui rend hommage, la victime réelle traine dans les parages sans que personne puisse l’apercevoir.Ces fantômes de sont à priori pas virulents, puisque ces derniers veulent simplement que justice soit faite par l’intermédiaire de Ting.À partir de là, démarre un film basique de fantômes, avec des apparitions rapides de ces derniers, ou une apparition dans un miroir, qui une fois qu’on tourne la tête a disparu, rien de bien nouveau sur l’horizon, malgré une mise en scène de ces scènes d’horreurs d’honnête facture, on ne se sent pas happé par le film.Un jour, Ting va devoir reconstituer un meurtre d’une grande actrice et c’est à partir de là, qu’on a l’impression que le film démarre réellement, même si on se dit que ça va être barbant vu le début de celui-ci.

Et finalement, le film change complètement, puisqu’on va se rendre compte, qu’il s’agit d’un film dans un film.Je n’en dirais pas plus, car c’est vraiment le côté le plus intéressant du film.Je pourrais simplement dire, que la première partie du film comporte en réalité la présence d’un fantôme non sollicité par les réalisateurs du film.Et c’est d’ailleurs un point très intéressant,( mais malheureusement bien le seul) puisqu’on se retrouve à avoir la télécommande en main, et à faire des aller-retour dans la bande vidéo du DVD pour mettre en place des lectures image par image du film, pour apercevoir des subtilités qu’on ne décèle que très rapidement en lecture normale.On se retrouve donc, tout comme le le studio de postproduction, à analyser chaque image, à la manière de celui qui découvre cela dans le film.À vrai dire, c’est la première fois que je fais cela pour un film et c’est ceci qui fut ma surprise en regardant The Victim.

Malheureusement, la suite du scénario est embrouillée, et on ne décèle pas forcément la vérité de la fiction.On sent pourtant un bon vouloir du réalisateur pour amener de l’originalité dans le genre de film de fantôme, mais celui-ci n’y parvient qu’à moitié.Et c’est fort dommage, car The Victim aurait pu être le nouveau Shutter Thailandais, par son innovation.Le souci vient des scènes d’horreurs qui se multiplient dans liens apparents entre eux, le scénario final est brouillon et c’est au spectateur de démêler les fils pour y voir clair.Malheureusement également, la réalisation ne suit pas non plus, et reste tout juste classique.

En conclusion, The Victim est tout de même un film à voir pour son expérience cinématographique, qu’on ne voit que trop rarement, à part dans le dernier film de Takashi Shimizu, Reincarnation.Même si le film n’est pas à la hauteur de son ambition, il montre que la Thaïlande tente de mettre de l’originalité dans leur film, même si ça ne marche pas à tous les coups.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
The Victim de Arayangkoon Monthon
Note
21star1stargraygraygray