Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke
Fun Bar Karaoke

Fun Bar Karaoke

1997 | Thaïlande | 103 mins | Drame | Un film de Pen-Ek Ratanaruang | Avec Ray MacDonald et Champagne X

Scénario de Fun Bar Karaoke

Une jeune femme moderne, hantée par des cauchemars, fait appel à un vieux sage pour l’aider. Chaque soir, elle rêve de sa mère en train de construire une maison annonçant la mort prochaine de son père…

Critique de Fun Bar Karaoke

Fun Bar Karaoke est un film que j’attendais tout autant que Crocodile de Kim Ki-Duk, car ces deux films sont les premières œuvres de réalisateurs à succès qui sont très difficiles à trouver. Mais j’ai finalement réussi à mettre la main sur chacune d’entre elles, c’est donc avec le film de Pen-Ek Ratanaruang que j’ai commencé ma découverte. Malheureusement, autant le dire dès à présent, j’ai été déçu par ce premier film du réalisateur, car j’en attendais d’une part surement trop, mais également parce qu’il s’agit d’un réalisateur que j’apprécie énormément et je comptais voir autre chose qu’un simple petit drame de débutant. Pourtant, j’ai été plus que sous le charme de Vagues Invisibles, transporté dans Last Life In the Universe, décalé avec Ploy mais embrouillé dans Fun Bar Karaoke et même assommé à certains moments.

D’une part, dès les premières minutes, on se sent clairement dans un film amateur, tout l’aspect pro de ses films en collaboration avec Christopher Doyle se trouve être à mille lieues de ce Fun Bar Karaoke. Mais ce n’est pas seulement sur son aspect formel que le film semble amateur, c’est également sous sa technique et ses moyens. Les prises de son sont parfois mauvaises, la photographie n’est pas franchement travaillée, on peut même y voir parfois, la perche-micro apparaitre à l’écran tel un film étudiant. Difficile pour un film de Pen-Ek Ratanaruang tout de même. Autre souci, le film ne comporte aucunement le style que le réalisateur développera quelques années plus tard. Ici, Fun Bar Karaoke est emprunt de plusieurs influences de multiples réalisateurs qui font finalement de cette œuvre, un melting pot très moyen.

Côté scénario, c’est plutôt correct et c’est d’ailleurs l’un des seuls éléments qui vient relever le niveau. Pourtant, celui-ci n’est pas vraiment complet. En réalité, il ne se passe quasiment rien, si ce n’est de suivre le quotidien d’une jeune femme qui rêve de sa défunte mère annonçant la mort de son père, alcoolique et toujours fourré dans un bar à karaoké accompagné de plusieurs verres de whisky et de filles faciles. Finalement, on se laisser porter par l’histoire sans pour autant être absorbé. Mais il manque bel et bien, cette puissance du réalisateur qui sera capable de nous faire voyager pendant deux heures sans le moindre souci. L’interprétation est moyenne, il manque selon moi de la profondeur aux divers personnages. Dommage, l’effet mélancolique du réalisateur commençait à pointer le bout de son nez et la bande-son est plutôt correcte. Finalement, ce film reste une simple curiosité pour ceux qui ont déjà vu l’ensemble de la filmographie du réalisateur.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Fun Bar Karaoke de Pen-Ek Ratanaruang
Note
31star1star1stargraygray