Mother
Mother
Mother
Mother
Mother
Mother
Mother
Mother

Mother

2009 | Corée du Sud | 130 mins | Drame | Un film de Bong Joon-Ho | Avec Kim Hye-Ja, Jin Gu et Won Bin

Producteur : Seo Woo-Sik & Choi Jae-Won | Compositeur : Lee Byeong-Wu | Scénariste : Park Eun-Kyo & Bong Joon-Ho | Directeur artistique : Ryu Seong-Hee | Monteur : Moon Se-gyeong | Directeur photo : Hong Gyeong-Pyo

Scénario de Mother

Une vieille veuve vit avec son seul fils, un homme simplet de 28 ans. Lorsqu’un meurtre survient dans les environs, le jeune homme est directement suspecté par la police. Il n’a aucune preuve pour prouver son innocence. Sa mère va tout faire pour prouver que son fils n’a rien à voir avec cette sombre histoire…

Critique de Mother

Jusqu’où une mère peut aller pour protéger son enfant ? C’est la question à laquelle Bong Joon-Ho tente de donner une réponse à travers son film Mother qui marque un point dans le drame coréen actuel. C’est à l’occasion de l’opération Cinetrafic « Un DVD pour une critique » que j’ai eu l’occasion de voir Mother dans sa version éditée par Diaphana et que je remercie donc pour cet exemplaire. La dernière fois que j’ai vu Bong Joon-Ho derrière la caméra, c’était dans son segment Shaking Tokyo de Tokyo! pour lequel il a participé. Un moyen-métrage sur un Hitokiri plutôt sympa, mais loin de son film à gros budget The Host et son magnifique drame/polar sombre, Memories of Murder. C’est donc sans cacher ma joie que je retrouve Bong Joon-Ho dans un nouveau drame également sombre malgré quelques inquiétudes. Mais j’étais sûr d’une chose, c’est que le réalisateur n’a jamais fait de films légers. Dans Mémories of Murder, c’est une critique du système en place sous couverture d’un polar inquiétant et dans The Host, c’était une satire très bien masquée de la Corée, mais également de sa relation aux États-Unis. Fatalement, avec Mother, on s’attend à retrouver la même poigne et c’est le cas. On pourrait même y voir un Memories of Murder nouvelle génération, sans pour autant être un remake. C’est simplement un noyau commun qui compose ces deux films. Car si d’un côté, les flics sont tenus de faire respecter la loi, mais également de la respecter, une mère peut parfois ne plus faire preuve de logique et agir par amour quitte à braver les interdits.

Car lorsque son fils, un peu simplet, n’a pas vraiment la vie rose et vient un jour à être suspecté d’un meurtre, elle ne peut s’imaginer une telle vérité. Pourtant, les faits semblent être là, on nous montre une lycéenne en jupe en train de rentrer chez elle à une heure plutôt tardive alors que Do-Joon, le fils simplet, à moitié saoul après quelques verres au bar du coin, la suit quelques pas plus loin. Cependant, nous n’aurons pas connaissance de la suite des événements. Est-elle arrivée saine et sauve ? Une chose est sure, elle a été retrouvée morte le lendemain. Et le film va jouer de cette corde en nous dévoilant petit à petit certains éléments permettant de reconsidérer la situation. Certaines cartes viennent s’abattre sur la culpabilité de Do-Joon, d’autres viennent le disculper. Difficile alors d’y voir clair, on doute à chaque instant de sa vraie nature. Rapidement, on se rend compte que Bong Joon-Ho joue de la critique. En effet, les policiers sur place sont des incapables, des représentants de l’autorité qui semble n’avoir qu’une simple préoccupation, finir au plus vite cette enquête pour rentrer tranquillement chez eux. Fatalement, c’est à l’évidence qu’il cherche un coupable tout désigné en la personne de Do-Joon. En plus par chance tout colle, sa balle de golf qu’il aime tant près de la scène du crime, on joue de sa crédulité pour lui faire signer un papier attestant de sa culpabilité et l’affaire est réglée. Mais c’est sans compter sur sa mère, véritable combattante du désespoir, qui sacrifie ses économies pour louer les services d’un avocat qui préfère abandonner l’affaire. De là, elle décide de faire face à la situation, avec tout l’amour qu’une mère peut porter à son fils, jusqu’à agir de manière déraisonnable.

Pourtant, n’allez pas vous méprendre, Mother n’est pas un mélodrame, oh non, loin de là, c’est bel et bien une critique acerbe de la justice et de l’autorité par les traits d’un combat improbable d’une mère pour son fils. Bong Joon-Ho cherche alors à s’amuser en début de métrage pour mieux nous retourner par la suite. Le scénario de Mother est d’ailleurs bien mené avec quelques surprises qui viennent surélever ce dernier, d’une narration implacable avec une subtilité des indices dévoilés jouant d’un malin plaisir à nous emmener sur une piste puis une autre. Car si l’on en vient au début à trouver étrange cette famille pas comme les autres, on finit par faire preuve d’un grand respect pour le courage dont elle fait acte. Cherchant à trouver chaque indice lui permettant de venir en aide à son fils, elle ne fait que porter l’amour pour son fils dans des actions plus qu’impensable pour le tirer d’affaire. Évidemment, Mother est une claque du cinéma coréen et un film que je ne saurais trop vous recommander surtout qu’il est disponible depuis peu en DVD chez Diaphana avec en bonus les coulisses du film et un commentaire sur le film de Jean-François Rauger.

Informations DVD de Mother | TF1 Videos | Diaphana | DVD 9 – Zone 2| Format 2.35 (16/9 compatible 4/3) | Audio Dolby Stéréo et DD 5.1 Français et Coréen | Sous-titres : Français | Bonus : Dans les coulisses du film (20′) – Mother et Bang Joon-Ho, par Jean François Rauger

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Mother de Bong Joon-Ho
Note
41star1star1star1stargray