Histoire d’une prostituée, c’est l’histoire d’une prostituée. Logique ! Mais est-ce qu’il y a autres choses à en dire ? Bien sur ! Découvrez ma critique de Histoire d’une prostituée.

Critique de Histoire d’une prostituée

Adapté comme La barrière de chair d’un roman de Taijiro Tamura, Histoire d’une prostituée relate les déboires d’une fille à soldats envoyée sur le front de Mandchourie durant la guerre sino-japonaise. Froide et désabusée, la jeune femme devient le jouet érotique d’un officier connu pour sa cruauté. Fou d’amour pour elle, ce dernier n’a cesse de l’avilir à mesure que leur relation vire au

L’un des rares mélodrames dans la filmographie de Seijun Suzuki, Histoire d’une prostituée est un chef d’œuvre à la beauté plastique irréelle. Loin de la distance amusée qu’il instaure dans ses autres films de genre, Suzuki aborde la guerre (qu’il a vécue) comme une environnement déshumanisant,ou l’ennemi reste une menace purement abstraite, tandis que la hiérarchie de son propre camp représente le seul véritable danger.

Abordant le thème de la domination sous toutes ses formes physique, psychologique, sexuelle et religieuse, Suzuki se plaît à dépeindre chaque personnage comme une énigme, pétrie de contradictions et de contrastes… À commencer par l’héroïne qui accomplit son destin tragique dans un formidable élan auto-destructeur. Somptueusement photographié en scope noir et blanc (le premier plan est un choc en soi!), Histoire d’une prostituée se démarque des films de guerre, généralement édifiants, de la même époque par son traitement visuel agressif, à base d’images arrêtées empruntées au roman photo et de plans « déchirés » qui symbolisent autant les fractures profondes personnages que la volonté du cinéaste d’atteindre une forme de sublimation esthétique.

Le « double suicide » final évoque d’ailleurs directement l’une des œuvres majeures de la dramaturgie japonaise,s’imposant comme un geste à la fois artistique et désespéré. Avec ce film, Suzuki se hisse au niveau des plus grands illustrateur de son époque ,on pense a Yasuzo Masumura (The Red Angel ,la femme de seisaku), Kon Ichikawa (les feux dans la plaine) ou Masaki kobayashi (la condition de l’homme), tout en faisant le lien avec l’inspiration libre et incendiaire d’une nouvelle vague alors en pleine essor. Le cinéaste s’imposera d’ailleurs comme l’un des parrains reconnus du mouvement contestataire.

Informations sur Histoire d’une prostituée

Aka: Story of a prostitute | 1965 | Drame | Japon | Un film de Seijun Suzuki | Avec Yumiko Nogawa, Tamio Kawaji, Hiroshi Cho, Hideaki Esumi, Shigeyoshi Fujioka, Kotoe Hatsui, Tomiko Ishii, Sokoto Kasai, Kayo Matsuo, Midori Mori et Shoichi Ozawa

Histoire d'une prostituée
Histoire d'une prostituée 1
Histoire d'une prostituée 2
Histoire d'une prostituée 3
Résumé
Date de la critique
Titre du film
Histoire d'une Prostituée de Seijun Suzuki
Note
41star1star1star1stargray