Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl
Vampire Girl vs Frankenstein Girl

Vampire Girl vs Frankenstein Girl

Aka : Kyuketsu Shojo tai Shojo Furanken | 2009 | Japon | 80 mins | Horreur/Comédie | Un film de Nishimura Yoshihiro & Tomomatsu Naoyuki | Avec Kawamura Yukie, Shimizu Takashi, Tsuda Kanji, Saito Takumi, Otoguro Eri et Shiina Eihi

Scénario de Vampire Girl vs Frankenstein Girl

Monami est une jolie lycéenne le jour et une redoutable vampire la nuit. En tombant amoureuse de Mizushima, son camarade de classe, Monami déclenche la colère de sa promise Keiko, la fille du professeur de science. Lors de l’inévitable affrontement entre les deux rivales, Keiko va perdre la vie. Pas grave, elle fera un excellent sujet d’expérience pour son père jouant au savant fou réanimateur dans les sous-sols de l’école…

Critique de Vampire Girl vs Frankenstein Girl

Après avoir vu le très sympathique Tokyo Gore Police qui m’avait rebuté dès les premières minutes lors de ma tentative de le visionner, j’avais retenté l’expérience et j’avais finalement passé un très bon moment à le voir. Autant dire que j’attendais avec impatience le prochain film du réalisateur, même si dans ce cas, Vampire Girl vs Frankenstein Girl est co-réalisé par Nishimura Yoshihiro aux côtés de Tomomatsu Naoyuki et malheureusement, ce n’est pas vraiment la même chose. Pourtant, avec un titre qui annonçait une sacrée lutte entre deux personnages que l’on s’imagine sans mal, le résultat est décevant malgré quelques bonnes idées. Ce qu’il faut savoir au sujet de Nishimura Yoshihiro, c’est qu’il est LE réalisateur du gore actuel japonais, travaillant notamment sous le label Sushi Typhoon et que généralement, il fait du bon travail, mais cette fois-ci, il semblerait qu’il est joué à faire le strict minimum sans grande imagination.

On se disait qu’on allait retrouver des hectolitres de sang dans un univers impensable avec Vampire Girl vs Frankenstein Girl, mais ici, les deux hommes semblent avoir réalisé Vampire Girl vs Frankenstein Girl en deux coups de cuillère à soupe en nous promettant un épique combat entre une jeune fille vampire et une autre, dans une version féminine de Frankenstein. Certes, ce combat aura bien lieu, mais uniquement à la fin de Vampire Girl vs Frankenstein Girl et qui plus est pour une stupide raison. En effet, le scénario de Vampire Girl vs Frankenstein Girl se déroule dans un lycée largement dominé par les femmes, entre le club des tailleurs de poignets, en d’autres termes, les scarificateurs, celui des ganguro, ce phénomène japonais dont les filles tendent à devenir black et à s’identifier à la culture africaine, et pour terminer avec le club des goth lolitas, menées avec une main de fer par Keiko. Cette leadeur dans l’âme à fait de Mizushima, son boyfriend, sans que celui-ci n’est vraiment le choix d’accepter ou pas. Mais un jour, la jeune et jolie Monami rejoint la classe et cherchera à séduire Mizushima, provoquant ainsi chez Keiko, une haine viscérale pour celle-ci.

Un jour Keiko, folle de rage, tente de régler ses comptes avec Monami et finit par tomber du haut du bâtiment de l’école en s’écrasant net sur le sol. C’est sans compter sur les opérations secrètes de son père, professeur de chimie, qui prend un malin plaisir à pratiquer d’étranges expériences dans le sous-sol du lycée, celle de ranimer des corps, Keiko deviendra sa première création. Malheureusement, avant d’arriver à ce stade de Vampire Girl vs Frankenstein Girl, on doit subir une sorte de drama romantique pendant au moins 45 minutes, voir plus et je peux vous dire, que c’est très long, surtout qu’en on est venu voir des giclées de sang à gogo. En effet, au lieu de réellement se concentrer sur l’affrontement entre les deux principaux personnages, les deux compères à la caméra disperse la narration dans tous les sens et en plus en étant la plupart du temps à côté de que souhaite le spectateur.

Les deux réalisateurs ont préféré faire durer le suspense en orientant la confrontation au dernier moment, qui plus est, en faisant appel à des techniques improbables, loin de ce qui avait était développé dans Tokyo Gore Police. Des gaz polluants tirés tout droit de la greffe de poumons d’un fumeur invétéré ou encore l’utilisation d’un bras vissé sur la tête pour faire office d’hélice, tel un hélicoptère. Malheureusement, ce n’est pas les quelques effluves de sang qui nous feront oublier la déchéance du film. L’univers n’est pas là, les blagues pas drôles, les personnages plus que caricaturés, finissent par vraiment désespérer le spectateur qui tombe de bien haut, après avoir vu Tokyo Gore Police. Il faut vraiment se rattraper les gars, car votre public vient d’être méchamment déçu.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Vampire Girl vs Frankenstein Girl de Nishimura Yoshihiro
Note
21star1stargraygraygray