Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor
Monrak Transistor

Monrak Transistor

Aka : A Transistor Love Story | 2002 | Thaïlande | Comédie dramatique | 116 mins | Un film de Pen-Ek Ratanaruang | Avec Kitsuwon Supakorn, Pukkavesa Siriyakorn, Sakdikul Somlek, Papanai Porntip et Rattanawong Ampon

Producteur : Nimibutr Nonzee | Compositeur : Sartsanatieng Wisit & Pongprapapan Chatchai | Scénariste : Pen-Ek Ratanaruang | Directeur photo : Chamniwikaipong Chankit

Scénario de Monrak Transistor

Un vieux gardien de prison raconte l’histoire de Pen. Chanteur de bal populaire, il séduit la belle Sadao et prépare un mariage. Mais il est appelé au service militaire, au moment ou Sadao est enceinte. Il lui laisse un vieux transistor pour écouter les chansons qu’ils aiment tant. Pen déserte l’armée pour se faire engager par un producteur louche qui le fait d’abord mariner, puis ensuite en fait son préféré. Il doit encore fuir, et se retrouve, avec un compagnon d’infortune, impliqué dans une histoire de vol. Sadao n’en peut plus de l’attendre. Elle cède aux avances d’un beau parleur. Pendant ce temps, Pen ne rêve que d’une chose : revenir au village et retrouver sa femme et son fils.

Critique de Monrak Transistor

J’aurais voulu être un artiste, pour pouvoir faire mon numéro ou comment devenir chanteur dans la campagne thaïlandaise, voici qui résume bien le film Monrak Transistor de Pen-Ek Ratanaruang, car avant même de nous transporter en Thaïlande dans une maison près de la plage ou dans le fond de cale d’un bateau en pleine mer, Ratanaruang tentait déjà de nous faire vivre le rêve d’un jeune garçon thaïlandais qui souhaitait devenir chanteur dans un film rafraichissant et assez authentique, imprégné de la culture thaïlandaise, que ce soit avec sa pop naïve ou ses vertes campagnes parcourues de ses rivières et fleuves verts bleuté ou tout simplement son dialecte si particulier, souligné par une photographie plutôt colorée à l’image de l’extravagance de la Thaïlande.Cependant, Monrak Transistor est inégal avec une première partie moyenne durant laquelle on le suit au cours d’un concert de fortune où il interprète des chansons thaïlandaises assez niaises amorçant en plus de cela, une pseudo romance qui va le conduire finalement à devenir père, mais à devoir quitter le pays à cause de son service militaire et bien évidemment, cela ne va pas dans son sens pour devenir chanteur professionnel.

C’est donc avec des personnages décalés et des situations imprévues que Ratanaruang va tenter de nous faire entrer dans l’univers de la Thaïlande, une comédie légère, une romance fleur bleue et quelques touches de drame et on est plongé dans Monrak Transistor, cependant, le film est trop orienté sur le personnage principal qui lui arrive une montagne de malheur alors que ce dernier est typiquement le garçon naïf qui pense pouvoir réaliser son rêve sans aucun problème, mais qui au final, ne va subir que des situations à l’opposé de son imaginaire où il erre sans jamais réellement agir, comme prisonnier de son destin qui ne souhaite absolument pas lui laisser réaliser ses désirs.Car en effet, le film est simple et évoque le rêve d’un jeune homme sans jamais plonger dans le film mièvre et optimiste, non ici, c’est bien la réalité, amère et tranchante, qui généralement nous abandonne malgré nos rêves d’enfants.

Du coté de l’interprétation de Monrak Transistor, c’est vraiment pas mal avec ce couple qui tente de nous montrer le bon coté de la vie et l’amour vrai entre deux êtres, d’un coté avec Kitsuwon Supakorn en premier plan, que l’on avait déjà croisé dans Les Larmes du Tigre Noir qui dans Monrak Transistor, joue le rôle de ce garçon naïf des campagnes et aux sentiments à l’eau de rose au coté de Pukkavesa Siriyakorn, image de la femme pleine de bonté, sensible jusqu’au bout des ongles, mais d’une ténacité incroyable.Le réalisateur d’ailleurs joue avec ce couple, qui au début du film nous fait rêver, mais qui au final, commencera à s’essouffler, la barque de leur amour dérivera dans le domaine du tragique, car si Monrak Transistor est emprunt d’une naïveté ambiante, il nous offre également des scènes cruelles qui nous ramènent à la réalité.Monrak Transistor arrive finalement à mêler le traditionalisme du film thaïlandais à petit budget avec l’occidentalisation, ici représenté par le rêve de carrière de Pen, ce naïf chanteur de campagne qui souhaite devenir la star d’une époque, soigné, drôle et touchant, c’est ce qui caractérise ce film.Ratanaruang n’était pas encore dans sa phase contemplative avec Last Life in the Universe, mais s’entrainait déjà à travailler le rêve et la relation entre deux êtres, cependant avec maladresse, pourtant on voit très clairement qu’il ne part de rien pour nous emmener là où il le souhaite, chose qu’il arrivera très bien à faire quelques années plus tard.

Informations DVD | Distributeur : MegaStar Vidéo | Éditeur : Ablaze | NTSC Region 3 | Audio : Thaïlandais Dolby Digital 2.0 | Sous-Titres : Anglais | Vidéo : Anamorphic Widescreen | Bonus : Commentaires du film

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Monrak Transistor de Pen-Ek Ratanaruang
Note
41star1star1star1stargray