Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows
Land of Scarecrows

Land of Scarecrows

2008 | Corée du sud | 88 mins | Drame | Un film de Roh Kyung-Tae | Avec Phuong Thi Bich, Duwon Jung, Nellisa Arnado et An Jin Shin

Scénario de Land of Scarecrows

Un transsexuel, son fils adoptif et une immigrée philippine sont liés à une terre infestée de produits chimiques…

Critique de Land of Scarecrows

Édité chez Spectrum Films, Land of Scarecrows est une œuvre qui ne trouvera surement que difficilement son public. Son histoire nous présente les conséquences de l’industrialisation entre la Corée et les Philippines, sa pollution, qui ravage les terres, mais également les aliments, qui en deviennent intoxiqués. Dans cet univers désolé, on y croise le chemin de différents personnages, celui d’une femme qui se travestit et clame qu’elle était un homme à l’âge de 5 ans et que ses hormones ont été bouleversées pour avoir joué près d’une décharge polluée. De l’autre, nous avons une jeune femme qui rêve de quitter les Philippines au bras d’un homme coréen pour se marier et pour finir, celui d’un homme qui cherche son père pour comprendre ses origines. À vrai dire, les personnages de Land of Scarecrows n’ont rien de commun, ils sont atypiques, seuls et tentent tous de trouver leur propre identité en partant à la recherche d’un élément de leur vie (le lien paternel, un mari ou encore sa sexualité)

Land of Scarecrows est donc une œuvre intimiste qui traite de la solitude moderne. À travers un grand nombre de plans fixes, de personnages ambigus, un rythme assez lent et une épuration des dialogues, le réalisateur cherche à nouveau à nous plonger dans un univers réaliste, mais surtout sinistre. En nous dévoilant ses personnages peu à peu, Land of Scarecrows alterne l’ambiance pessimiste à quelques onces d’espoirs. Si l’œuvre est considérée comme un poème visuel, ce n’est pas un terme galvaudé. Son élégance, ses plans indéniablement hypnotiques, le tout accompagné d’une piste sonore amenant la réflexion, Land of Scarecrows c’est un film d’auteur qui tente d’offrir quelque chose de différent dans le cinéma coréen.

Pour ma part, j’ai tout de même apprécié le film, malgré sa complexité et son côté « film d’auteur », il marque le second film de la trilogie de Roh Kyung-Tae, ayant commencé avec Le Dernier Repas. Il est certain que le cinéma de ce réalisateur n’est pas adapté à tous, seuls certains arriveront à se laisser happer par son univers et à en sortir indemnes. Pour moi, l’expérience est réussite.

Informations DVD | Éditeur : Spectrum Films | Audio : Coréen avec sous-titres français | Format image 1.85 – 16/9 compatible 4/3 | Bonus : Interview exclusive de Gyong-tae Roh, Emission de TV coréenne, les deux premiers courts-métrages du réalisateur : Father & Son et Réincarnation

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Land of Scarecrows de Roh Kyung-Tae
Note
31star1star1stargraygray