Silk Shoes

Silk Shoes Cover

Réalisé par : Yeo Kyun-Dong
Année : 2005
Pays : Corée
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h40

Interprété par

Choi Deok-Mun
Lee Seong-Min
Min Jeong-Gi
Kim Da-Hye
Park No-Shik
Im Jin-Taek

Scénariste : Yeo Kyun-Dong & Shim San
Directeur artistique : Bae Yong-Hwan
Monteur : Lee Eun-Su
Directeur photo : Je Chang-Kyu
Costumes : Song Sun-Yi

Scénario : Après que son film ait fait un bide, Min-Soo se voit proposer par un gangster de réaliser le rêve de son père. Il doit alors créer un site ressemblant à Gaemagowon, la ville natale du père en Corée du Nord, et de lui faire visiter. Il n’a d’autre choix que d’accepter, mais il serait dur de décevoir ce pauvre vieil homme…

Critique

Yeo Kyun-Dong, connu pour son film mitigé, La Belle, revient cette fois-ci avec une comédie dramatique de très bonne qualité, au scénario profond et à l’ambiance unique.
Le scénario de Silk Shoes est le suivant, Min-Soo, un réalisateur qui après que son dernier film est fait un véritable bide, se voit poursuivit par des gangsters qui avaient financé ce dernier.
En contre partie de cette perte d’argent, le boss lui propose de réaliser le rêve de son vieux père atteint de la maladie d’Elzheimer, celui de retourner à Gaemagowon en Corée du Nord, ville natale de son père.
Pour cela, Min-Soo va donc réalisé un film pour que celui-ci ressemble au rêve du grand-père., sans que celui-ci sans rendre compte.

Silk Shoes image 1

On peut donc dire qu’il s’agit d’un scénario intéressant, qui joue sur le comique de situation et ceci de manière très subtile.
Choi Deok-Mun, que l’on à pu voir dans le film Peppermint Candy ou encore Antartic Journal, interprète ici, ce réalisateur quelque peu raté, qui doit faire face à cette demande surprenante de recréer une Corée du Nord pour le père du boss de gangsters qui le suit.
Il est accompagné durant son voyage par un gangster du clan, interprété par Lee Seong-Min, qu’on à pu voir dans Marathon, et qui est dans Silk Shoes à mourir de rire, par ses attitudes de gangster prêt à se battre pour le moindre soucis.Un franc moment de bonne rigolade.

Silk Shoes image 2

Tout l’intérêt du film réside dans le jeu d’acteur et le jeu de faire croire que le vieil homme se trouve réellement en Corée du Nord.
On peut d’ailleurs retrouver la ligne séparatrice entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, comme dans le film JSA.
D’ailleurs, dans Silk Shoes, la ressemblance des acteurs qui interprétait les gardes sud-coréen et nord-coréen dans JSA et ceux dans Silk Shoes est vraiment troublante et surtout très amusante.
On peut également rire de la scène de l’arrestation, par un flic un peu excité, qui fait une véritable leçon de morale à la noix sur les interdits d’aujourd’hui, comme les petits drapeaux de la Corée du Nord sur la voiture, ou encore sur les fleurs que l’on ramasse dans les champs, un bon moment de rire également.

Silk Shoes image 3

Au niveau de la réalisation, Silk Shoes est filmé en caméra DV (caméra à l’épaule) ce qui permet de donner un aspect semi-documentaire, et en même temps de retranscrire le fait qu’il s’agit d’un film dans un film.
L’interprétation est excellente, on est très amusé par le vieil homme, qui plusieurs fois dans le film est sur le point de découvrir le subterfuge, entre le fait de vouloir allumer la télévision, ou encore l’arrivée de petites frappes dans le restaurant remanié à la sauce nord-coréenne, des scènes subtiles et amusantes.
On rit également de cette jeune femme surexcitée, qui s’occupe à maintes reprises du grand-père, entre bourdes et surjeu d’acteur, on se laisse prendre à l’aventure.
Mais il faut le dire également, Silk Shoes, c’est également un drame, celui de la maladie d’Elzheimer d’un vieil homme qui n’a plus toute sa tête.
Au final, la fin du film est émouvante et surprenante, permettant d’achever Silk Shoes sur une note très poétique, une bonne chose.

Silk Shoes image 4

En conclusion, Silk Shoes m’a surpris, je ne m’attendais pas du tout à cela, et je dois dire que je suis content d’avoir pu découvrir un film aussi intéressant que celui-ci.
Pourtant, ce n’était pas gagné quand on connait le réalisateur Yeo Kyun-Dong, mais la surprise est bien là, et Silk Shoes est vraiment un très bon choix dans le cinéma coréen.
Une œuvre à voir de toute urgence pour les amateurs du cinéma coréen et même du cinéma asiatique en général.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Silk Shoes de Yeo Kyun-Dong
Note
41star1star1star1stargray