Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil
Art of the Devil

Art of the Devil

Aka : L’ Art du Diable | 2004 | Thaïlande | 96 mins | Horreur | Un film de Jitnukul Tanit | Avec Arisa Wills, Supakson Chaimongkol, Krongthong Rachatawan, Tin Settachoke, Somchai Satuthum, Isara Ochakul, Nirut Sutchart et Krittayod Thimnate

Monteur : Atsawinikul Sunit | Directeur photo : Nimchareonpong Tanai

Scénario de Art of the Devil

Le meurtre mystérieux d’une famille entière d’un millionnaire attire l’attention du puiblic et des médias. Sur les lieux du meurtre, aucun indice n’est découvert, pas une empreinte, rein, l’enquête piétine. Un jeune reporter va s’intéresser à cette affaire, ce qui le mènera tout droit vers une jeune et jolie femme qui apparemment a des liens avec diverses jeux occultes.

Critique de Art of the Devil

Entre Khunsuk en 2003 et Bangkok Robbery en 2004, le cinéaste Jitnukul Tanit réalise un film d’horreur à la limite du risible.Effectivement parfois, je me dévoue pour vous, à regarder des films en étant déjà presque sur de tomber sur un navet, rien que pour vous, pour que vous puissiez éviter de perdre une heure et demie de votre vie bêtement et de regretter d’aimer le cinéma Thaïlandais.Rien que le scénario est comique, une jeune fille tombe amoureuse d’un homme marié très riche, et tombera enceinte très rapidement, ce dernier ne souhaite pas garder l’enfant, et la future mère demandera alors à celui-ci de lui donner un million de bahts pour se taire, mais cet homme machiavélique estime que ce prix mérite que ces amis en profitent et violent cette femme sur la plage.Évidemment, celle-ci est très en colère et la famille de l’homme marié trouveront la mort dans d’étranges circonstances avant que la jeune femme se fasse renverser par une voiture, perdant ainsi son futur enfant.Mais celle-ci est bien farouche, et décidera de sortir avec le fils du défunt mari, riche héritier…que c’est drôle.

On pourra me dire que Thanit Jitnukul fait parti des nouvelles figures du cinéma thaïlandais, en tant que producteur et réalisateur, je n’en crois pas un mot, certes, c’est le même bonhomme qui a réalisé Bang Rajan, mais je dois dire qu’il ne doit pas être fier de son Art of the Devil, film qui tente de surfer sur la vague des films d’horreur thaïlandais, teinté de superstition et de magie noire, servi à la sauce teenagers en manque de sensations fortes à la cervelle vide, en abordant une certaine cruauté assez désopilante sous ses airs de « Je t’en mets plein la vue« .Art of the Devil n’est qu’un étalage de cruauté et d’univers malsain, un caractère certes, personnel, mais tellement vide de sens.

De plus, la narration du film est très bancale, avançant beaucoup trop rapidement pour qu’on s’y attache à chercher un suspens quelconque, qui arrive avant même de le ressentir, sachant déjà ce qu’il va se passer avant de le voir, une suite de meurtre plus improbable les uns que les autres, dans un effluve de sang, entre lames de rasoir avalées et anguilles qui sont régurgitées.Seul point acceptable, l’apparition de la petite fille albinos qui donne un certain charme au film.Art of the Devil est loin d’être correct, mais certes différent, par contre contre, parfois on se demande si être différent est une bonne chose ou une mauvaise chose, ici en tout cas, la question ne se pose plus.

Au final, Art of the Devil est uniquement dédié à un public très peu regardant sur la marchandise, qui aime les choses malsaines et ayant un grand sens de l’humour, car il en faut pour ne pas stopper en plein milieu le film, en partant en courant, en n’espérant de pas retomber sur un film comme celui-ci dans leur existence de fan de cinéma asiatique.Mauvaise nouvelle, il existe un Art of the Devil 2…Votre serviteur osera-t-il encore une fois tenter le diable ?

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Art of the Devil de Jitnukul Tanit
Note
21star1stargraygraygray