An Empress and the Warriors

An Empress and the Warriors

Autre titre : Kingdom and the Beauty
Réalisé par : Tony Ching Siu-Tung
Année : 2008
Pays : Hong-Kong
Genre : Wu Xia Pian/Historique

Interprété par

Donnie Yen
Leon Lai
Kelly Chen

Producteur : Peter Chan
Chorégraphe : Tony Ching Siu-Tung & Ma Yuk-Sing

Scénario : Au cœur du champ de bataille, après avoir été atteint gravement par une flèche, le roi donne le commandement des troupes à son fils adoptif, le général Muyong, à la grande surprise de son neveu Wu Ba, qui dans un élan de rage va l’assassiner. Suite à cette tragédie, le pouvoir est donc remis au général Muyong, qui cependant a une meilleure idée. Il va entraîner la Princesse Feier à devenir une guerrière légendaire, pour qu’elle puisse accéder au trône.

Critique

Après avoir réalisé le passable Naked Weapon en 2002 et l’inconnu Un Aller pour l’enfer en 2003, Tony Ching Siu-Tung revient derrière la caméra avec un projet ambitieux intitulé An Empress and the Warriors, qui va devoir rivaliser avec les nombreux films de Wu Xia Pian, que la Chine et Hong-Kong nous a pondu cette année, avec entre autre, The Warlord, The Forbidden Kingdom ou encore Three Kingdoms: Resurrection of The Dragon qui entre directement en compétition avec le film de Tony Ching Siu-Tung.

An Emperess and the warriors image 1

An Empress and the Warriors semble être fortement inspiré des récents passages du réalisateur sur les différents tournages de Zhang Yimou en nous offrant un film esthétiquement convaincant, même si on peut y trouver à redire comparer à l’un des maitres en la matière, Mr Zhang Yimou, cependant, dans son ensemble, An Empress and the Warriors est loin d’être à la ramasse.

An Emperess and the warriors image 2

Interprété par Donnie Yen selon la jaquette du DVD, en réalité, ce dernier n’est que peu présent, en effet, hormis quelques batailles, celui-ci reste en arrière plan du scénario, même si la dernière scène de combat reste tout à fait plaisante, il faut l’avouer, le film fait la part belle à Leon Lai et à Kelly Chen, à même faire de An Empress and the Warriors, un film de femme.

En effet, Kelly Chen se retrouve réellement au centre de l’histoire, alors que Leon Lai et Donnie Yen se retrouvent en arrière-plan, en même temps, avec un titre comme celui-ci, on aurait pu s’en douter.

An Emperess and the Warriors image 3

Une autre chose à signaler, An Empress and the Warriors est formaté pour plaire aux adolescents, même si passé ce cap, le film possède tout de même de belles qualités.

En effet, An Empress and the Warriors est moins pompeux que son concurrent The Warlords, plus historique et politique permettant de lui insuffler une dimension épique, même si, il faut l’avouer, le film tourne principalement autour de l’emperesse, entre ses amourettes et ses cas de conscience en tant que dirigeante des armées d’un pays.

An Emperess and the warriors image 4

Cependant, grâce à un rythme plutôt entrainant et des combats assez réussis, An Empress and the Warriors réussit tout de même à convaincre son monde, avec comme dit précédemment, une belle scène finale de Donnie Yen, mais tout de même, le film reste trop insipide pour concurrencer les ténors du milieu, malgré ces qualités de réalisation.

À cause d’un surplus de romance, pas assez d’éléments historico-politique et des combats trop courts, An Empress and the Warriors reste un simple divertissement au lieu de venir titiller les grosses productions du genre.

[youtube I_H2mCqMuo4]

Résumé
Date de la critique
Titre du film
An Empress and the Warriors de Tony Ching Siu-Tung
Note
21star1stargraygraygray