Alone
Alone
Alone
Alone
Alone

Alone

Thaïlande | 2007 | Horreur | Durée : 90 mins | Un film de Pisonthanakun Banjong et Wongpoom Pakpoom | Avec : Wattanapanich Masha et Bunchootwong Ratchanoo

Scénario de Alone

Sa mère soudainement hospitalisée, Pim rentre en Thaïlande avec son petit ami. Elle est bientôt hantée par des visions effroyables: serait-ce sa sœur siamoise, décédée durant l’opération de séparation, qui reviendrait d’entre les morts?

Critique de Alone

Voilà un film que j’attendais avec grande impatience depuis que la Thaïlande s’est révélée être très bien placée dans la réalisation des films d’horreur, après les très bons Shutter et The Unseeable.D’ailleurs, la pression devait être à son comble pour les deux réalisateurs de Shutter, puisque ce sont ces derniers qui sont à l’origine du film Alone.Ils reviennent donc avec ce film, dont le scénario laisse présager de bonnes choses, malgré l’aspect classique de celui-ci.

La réalisation reste soignée et inhérente au genre, des scènes de frissons qui surgissent durant des scènes de calmes, amenant le spectateur à sursauter, de façon subtile sans trop d’artifice.L’idée de départ est clairement exploitée du coté des scènes d’horreurs, mais également pour la trame scénaristique, notamment la rencontre entre Wee, le mari actuel de Pim, l’une des deux siamoises, et le couple Pim/Ploy, les deux sœurs siamoises dans une sorte d’hôpital.Les scènes d’horreurs ne sont pas forcément banales, mais ne sont pas aussi poussées selon moi que Shutter ou The Unseeable, mais il fallait s’y attendre, l’effet provoqué par Shutter estompe quelque peu les scènes du film Alone.

Le point fort du film Alone est la qualité des scènes d’horreurs d’un point de vue esthétique.Il est vrai que ses scènes sont plutôt sanglantes et angoissantes, apportant une certaine fraicheur dans le domaine des films d’horreur.Elles sont rapides et soudaines, telles des apparitions fantomatiques.Le film repose également sur un rythme efficace, permettant au spectateur de rester accroché au film et de suivre l’horreur psychologique que subit Pim tout au long du film.

L’autre point fort de Alone, est les dernières scènes du film, véritable revirement de situation pas forcément prévisible, ressemblant à un survival-horror, qui permet à Alone de se démarquer des autres films classiques du genre.On se laisse porter par cette finalité fraiche, même si on peut dire que c’est du déjà vu.La tension du film est présente et en même temps dissimulée, restant toujours sur le film du rasoir.

En conclusion, Alone déçoit un tout petit peu, uniquement parce que celui-ci est quelque peu en dessous de Shutter, qui avait suscité un certain engouement et une fraicheur qui évidemment se ressent moins dans Alone.Mais on peut dire également qu’Alone évite de sombrer dans le classicisme du genre, comme on peut le voir dans de nombreux films coréens.La Thaïlande semble devenir petit à petit, un véritable maitre dans le domaine de l’horreur.Le Japon peut commencer à frissonner de perdre sa place de leader dans le domaine, et ce n’est pas pour me déplaire.Un film à voir, ne serait-ce pour son final plutôt réussi et ces scènes quelque peu gores.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Alone de Wongpoom Pakpoom
Note
31star1star1stargraygray