The Chaser
The Chaser
The Chaser
The Chaser
The Chaser
The Chaser
The Chaser
The Chaser

The Chaser

2008 | Corée du Sud | Policier/Thriller | 123 mins | Un film de Na Hong-Jin | Avec Kim Yun-Seok, Ha Jeong-Wu et Seo Yeong-Hee

Compositeur : Kim Jun-Seok | Scénariste : Lee Shin-Ho & Hong Won-Chan | Monteur : Kim Seon-Min | Directeur photo : Lee Seong-Je

Scénario de The Chaser

Un tueur sévit en ville et tue impunément des nombreuses prostituées. Il n’est pas vraiment inquiété, la prostitution étant une activité illégale et les maquereaux pensant souvent, que leurs filles se soient sauvées. Jusqu’au jour où l’un de ces protecteurs (et ancien flic) découvre la véritable raison de la disparition des femmes. Ayant justement envoyé l’une d’entre elles dans le repaire du tueur, il lui demande de lui envoyer l’adresse du malade mental par SMS…sauf que le réseau ne passe pas. La course contre la montre peut commencer pour tenter de sauver la femme à temps.

Critique de The Chaser

The Chaser a fait couler beaucoup d’encre et j’ai souhaité attendre avant de poster ma critique, car je souhaitais voir comment ce film allait se faire abattre par les critiques ou au contraire, se voir mis sur un piédestal et dans l’ensemble, celui-ci est plutôt sur une pente haute, plutôt qu’être au fond d’un trou et c’est compréhensible, The Chaser malgré ses défauts et un film ayant quelque peu bouleversé son public et nous ayant offert un sympathique policier noir qu’on avait pas vu depuis un certain temps et il faut l’avouer, un film qui nous surprend un minimum parmi la masse d’œuvres cinématographiques qui s’agrandit chaque jour, on est tout de même clément à son égard et moi-même, je le serai aussi, car The Chaser est un film que j’ai apprécié, un polar violent et assez réaliste qui représente le genre avec succès, surtout lorsque l’on sait qu’il s’agit du premier film de Na Hong-Jin, mais attention, The Chaser est cruel et ne fait pas l’éloge des forces de police, bien au contraire, ici la police de Corée du Sud y est ridiculisée, incompétente et clairement dénoncée, c’est un pari osé, mais que le réalisateur relève avec courage, qu’il est raison ou pas, ce n’est pas la question du jour, mais celle d’accepter ou pas, d’afficher clairement les scènes violentes, parfois malsaines et difficiles à accepter.

L’histoire est celle d’une équipe de policier et de Joong-Ho, un ancien policier qui n’exerce plus sa fonction et devenu proxénète.Lors d’une belle soirée, il tente de cerner Young-Min, un genre de malade mental qui règne en ville, Joong-Ho propose alors à l’une des ses filles, un rendez-vous avec lui pour tenter d’obtenir ses coordonnées et le coincer.Malheureusement, en le suivant dans sa demeure, elle découvre que le réseau téléphonique ne marche pas et se retrouve prisonnière.Joong-Ho quelques heures après, se rend compte du problème et tente de venir au secours de la jeune femme.La police est donc dénoncée comme incompétente, notamment par ses choix d’interventions, en effet, en parallèle, un homme a osé jeter des matières fécales sur le ministre de la république et devient la cible numéro un du commissariat central sans lever une seule patrouille pour le serial-killer qui sévit à Séoul en train de torturer une jeune femme dans sa maison.C’est alors que l’on comprend que The Chaser est un film noir, pessimiste ou l’âme humaine y est traquée n’ayant aucun moyen de s’enfuir, alors que personne n’est capable d’avoir un seul indice sur la scène où se déroule les pires horreurs, c’est donc une sensation du vide qui s’installe, d’incompétence, presque de désolation.The Chaser est finalement une sorte de mélange d’un cinéma complexe et stylisé empruntant des éléments chez les plus grands, en plus d’être accompagné d’une équipe technique très qualifiée, offrant une photographie à l’atmosphère plutôt glauque, une bande-son travaillée et bien évidemment, une interprétation du tonnerre qui donne de grosses qualités au film de Na Hong-Jin.

C’est donc un travail de fond qui est fait dans The Chaser, une vision très personnelle de la Corée du Sud et surtout de la police locale, une vision d’une noirceur rarement vue et d’une violence brutale, en plus de devoir avoir à faire à un individu n’ayant plus rien d’humain, d’un comportement n’ayant plus aucune logique ni explication.The Chaser est donc un thriller/polar bien écrit, très bien travaillé et magnifiquement interprété, on ne se sent pas une minute décrocher du film, c’est donc avec une certaine impatience que j’attends aujourd’hui, le prochain film de Na Hong-Jin, après avoir survécu à The Chaser, un film qui mérite tout à fait sa place dans les grands noms du cinéma coréen.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
The Chaser de Na Hong-Jin
Note
41star1star1star1stargray