A Stranger of Mine, c’est des tranches de vie dans un seul film, mais pas n’importe quelles tranches de vie. Si vous souhaitez en savoir un peu plus, c’est le moment de lire mon avis sur le film A Stranger of Mine.

Scénario de A Stranger of Mine

Trois épisodes vus à travers le regard de cinq personnes- un Miyata au cœur brisé, un détective privé lassé par son travail, un chef de la mafia ayant du mal à gérer son organisation, et deux femmes, l’une désespérée par la trahison de son fiancé, et l’autre se jouant des hommes…

Critique de A Stranger of Mine

Premier film de Uchida Kenji avant After School en 2008, A Stranger of Mine est un grand plaisir de scénariste qui sera difficile de ne pas dévoiler pour réussir à construire une critique convenable, mais essayons tout de même d’en réaliser une, pour au moins vous donner l’envie de voir ce film, que j’ai trouvé si intéressant, que je souhaiterai vous faire partager ces moments, car A Stranger of Mine vaut selon moi, vraiment le détour, tant il recèle d’éléments inventifs.

Pourquoi tant d’intérêt pour ce film ? Simplement par sa méthode de construction, qui certes, a déjà été vue dans d’autres œuvres, mais qui ici, permet d’afficher un vrai rendu artistique, ce principe c’est la narration subjective, une même nuit, vue par différents personnages en même temps, qui amène forcément le spectateur à revoir les mêmes scènes, mais à partir des yeux de différents protagonistes, surtout que ces derniers ont des personnalités bien différentes.

Concernant le réalisateur, celui-ci est plutôt jeune, né en 1972, ayant été enrôlé dans un programme cinématographique de l’université de San Francisco en 1992, c’est là-bas qu’il a appris les techniques de l’écriture de script et les techniques de production filmographique, du 8mm au 35mm.

C’est lors du 14ème PFF de 2004, que Uchida Kenji à créer son premier essai, A Stranger of Mine, petit bijou du cinéma japonais contemporain, qui tourne donc autour de cinq personnages principaux, d’un coté, Miyata, un jeune travailleur ayant été abandonné par sa petite amie, suite à l’achat d’un appartement de luxe, son ami d’enfance, un détective privé, une femme récemment séparée de son compagnon, un peu dérangée sur les bords, l’ex-petite amie de Miyata, qui cache plus d’un tour dans son sac et un chef yakuza, qui tente de cacher à ses employés, sa médiocrité à gérer sa petite entreprise, notamment d’un point de vue financier.

A Stranger of Mine va donc jouer sur les différents points de vue de ces protagonistes, ayant tout un sacré caractère, du faiblard jusqu’au vantard, un panel très intéressant de personnalité, qui permet à A Stranger of Mine de concentrer le spectateur sur ses personnages.

En plus de cela, Uchida Kenji tente de donner un certain regard sur les sentiments de l’homme, entre l’amitié masculine et la nature profonde des hommes à l’égard des femmes, le tout avec des touches humoristiques bien senties, un peu comme dans les films de SABU, qui mélange l’humour au drame avec un certain naturel, le tout de manière intelligente.

Au final, je n’en dirais pas plus, car il serait délicat pour moi d’en dire davantage sans dévoiler l’intrigue du film, j’espère cependant vous avoir convaincu de la qualité du film, car croyez-moi, A Stranger of Mine est pour moi, un film à voir, seule la fin est trop abrupte, le reste est un délice du cinéma, on passe un très bon moment en sa compagnie et fatalement, on s’intéresse à ce que nous prévoit ce réalisateur talentueux.

Informations sur A Stanger of Mine

2004 | Comédie/Drame | 98 mins | Japon | Un film de Uchida Kenji | Avec Nakamura Yasushi, Kirishima Reika, Yamanaka So, Itaya Yuka, Yamashita Keisuke

a stranger of mine cover
a stranger of mine - 1
a stranger of mine - 2
a stranger of mine - 3
a stranger of mine - 4
Résumé
Date de la critique
Titre du film
A Stranger Of Mine de Uchida Kenji
Note
31star1star1stargraygray