Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife
Rusty Knife

Rusty Knife

1958 | Japon | 90 mins | Polar | Un film de Toshio Masuda | Avec Yujiro Ishihara, Mie Kitahara, Shoji Yasui, Mari Shiraki, Jo Shishido, Akira Kobayashi et Masao Shimizu

Scénario du film : Rusty Knife

D’anciens voyous tentent de tourner la page des années hors la loi. Mais le passé repointe le bout de son nez lorsqu’ils sont recherchés comme témoins de meurtres…

Critique du film : Rusty Knife

Rusty Knife fait partie de la collection Nikkatsu Noir, que j’ai eu l’occasion de décortiquer comme il se doit il y a plusieurs années. Il s’agit d’une œuvre qui nous conte l’histoire de la vie d’un ex-détenu, qui ne peut ni échapper à son passé, ni aller de l’avant avec son tempérament volatile. Rusty Knife n’est pas un ténor du genre, mais fait appel à de nombreux éléments du polar noir, notamment avec le repentir, des gangsters à la tête dure, une jeunesse impétueuse, des dirigeants de la pègre plutôt sinistre et des montées de violence qui entourent ce milieu. Mais ne vous trompez pas, Rusty Knife tourne autour d’un homme qui souffre d’avoir commis un acte répréhensible dans son passé, sans être sur de se contrôler afin de ne pas réitérer l’événement.

Rusty Knife se déroule dans la ville industrielle de Udaka, une ville prospère où le crime n’a pas oublié d’en tirer profit. C’est Katsumata et son entreprise fictive de camion de transport qui règne en véritable roi. Mais en réalité, quelqu’un de plus important tire les ficelles. Katsumata est arrêté par la police mais par manque de preuve, cette dernière ne peut pas aller plus loin. C’est alors que trois anciens yakuzas rentrent en jeu, ayant travaillé pour un ancien chef de gang rival, devenant témoin du meurtre de Katsumata : Shimabara, Tachibana et Makoto.

Rusty Knife n’est pas vraiment différent des autres films noir de l’époque, il est même moins cynique que d’autres œuvres du marché, mais il fait le portrait d’hommes tiraillés par leurs passés et leurs natures profondes, sous un script de Shintaro Ishibara, l’homme qui se cache derrière le scénario de Pale Flower de Masahiro Shinoda, qui même si il offre une complexité moindre, possède la même vision de la romance maudite et de la noirceur du monde criminel.

Certes, il aura surement du mal à vraiment se distinguer chez les néophytes, mais prendre son sens chez les connaisseurs qui auront la chance de croiser le coffret Nikkatsu Noir. Intéressant, mais pas indispensable.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Rusty Knife de Toshio Masuda
Note
31star1star1stargraygray