Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max
Mary and Max

Mary and Max

Australie | 92 mins | Animation/Comédie dramatique | 2009 | Un film de Adam Elliot | Avec Toni Colette, Philip Seymour Hoffman, Eric Bana, Barry Humphries et Bethany Whitmore

Scénario de Mary and Max

Sur plus de vingt ans et d’un continent à l’autre, Mary et Max raconte l’histoire d’une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d’Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

Critique de Mary and Max

Mary and Max, c’est typiquement pour moi, ce que j’aime dans l’animation ! Loin des standards du marché, notamment, l’animation japonaise, ce film en provenance d’Australie fut pour moi, une sacrée découverte. Mais qui dit, film d’animation, ne dit pas forcément, un sujet adapté à tous les publics. Car en effet, sous ses airs de film d’animation à la Wallace & Gromit, Mary and Max nous plonge dans un univers adulte et autant le dire, le film de Adam Elliot n’est pas vraiment le genre de film qu’on ira voir en famille.

Car sous ses airs d’un univers tout mignon, il n’en est rien. Car si l’animation rime souvent avec une œuvre adaptée à un public jeune, le sujet traité par Mary and Max est très sérieux. Il faut dire que Adam Elliot n’est pas à son premier essai puisqu’il avait déjà obtenu un oscar en 2004 pour son court-métrage d’animation déprimant Harvie Krumper qui parlait de la ville tumultueuse d’un triste émigrant avec des problèmes sociaux. Et il en va de même avec Mary and Max, sous la forme de deux âmes seules qui se retrouvent ensemble par le biais du courrier postal.

Mary, c’est l’innocente jeune fille, australienne et Max, un vieil homme cynique mais malheureux. A partir d’une animation en stop-motion et en noir et blanc, l’univers de Mary and Max, varie entre le mélancolique et le rêve. Pourtant, il ne fait pas dans la dentelle, puisque les sujets de la mort, de la misère, de l’alcoolisme et de la tristesse y sont omniprésents. Pourtant, dans toute cette noirceur, une relation va s’établir entre ce vieil homme désabusé de la vie et cette jeune fillette pleine d’entrain. Oubliez les contes de fées et l’histoire à l’eau de rose, Mary and Max plonge dans l’obscurité de la vie humaine où l’espoir est rare mais toujours présent.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Mary and Max de Adam Elliot
Note
41star1star1star1stargray