Voici la critique de Caterpillar de Koji Wakamatsu ! Je vous l’annonce tout de suite, ce film n’est pas adapté à tous le monde. Âmes sensibles s’abstenir, bienvenue dans l’enfer de la guerre ! Bienvenue dans les méandres du patriotisme japonais !

Scénario de Caterpillar

Durant la seconde guerre Sino-Japonaise des années 30, le lieutenant Kurokawa revient à son village natal suite à sa participation à la guerre. Il revient en tant que héros, mais avec un corps mutilé.

Critique de Caterpillar

Caterpillar est un film sur la guerre. Ici, le film critique le nationalisme militaire du Japon et traite de lourds sujets comme les crimes de guerre, les vétérans handicapés, mais également les abus sexuels et la perversité tournant autour de cet univers. Très inspiré de la nouvelle Caterpillar de 1929 écrite par Edogawa Rampo, Koji Wakamatsu fait écho au film très politique de Yukio Mishima, intitulé Patriotism.

C’est clairement une critique de l’armée japonaise, de sa propagande et démystifie la glorification de la guerre. Le réalisateur nous montre l’horreur du résultat de la guerre. Non pas des civils, mais bel et bien de ceux ayant participé à celle-ci. Kurokawa, devenu le dieu de la guerre vivant, n’est qu’en réalité une larve, sans bras, ni jambes. Il ne peut plus rien faire, à part dormir, manger et demander des faveurs sexuelles de sa femme. C’est également le tableau de cette femme que Wakamatsu nous présente. Ces femmes de militaire, censé être présente, accueillante et dévouée à leur mari, même si celui-ci ne la respecte pas.

Malheureusement, Caterpillar n’est pas aussi percutant que nécessaire. Passé la découverte du personnage de Kurokawa, le quotidien que l’on découvre est redondant, même si il s’agit d’une figure de style pour souligner les seuls capacités encore à disposition du militaire : manger, dormir et se soulager sexuellement.

C’est donc une œuvre coup de poing, un pavé dans la mare de l’image de l’armée japonaise et son dévouement aveugle au détriment de l’être humain. Protéger son pays est un devoir, qu’importe si on doit y perdre ses bras, ses jambes, ses mains, la gloire, les médailles et un article dans un journal sont ici plus importants que la vie. Un portrait noir de l’art de la guerre.

Informations sur Caterpillar

Aka: Le Soldat dieu | 2010 | Drame/Guerre | 85 mins | Japon | Un film de Koji Wakamatsu | Avec Shinobu Terajima, Keigo Kasuya, Sabu Kawahara, Go Jibiki et Arata

Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Résumé
Date de la critique
Titre du film
Caterpillar de Koji Wakamatsu
Note
31star1star1stargraygray