Rainbow Eyes
Rainbow Eyes
Rainbow Eyes
Rainbow Eyes
Rainbow Eyes

Rainbow Eyes

Aka : Escape from Japan | Corée du Sud | 2007 | Polar/Suspense | Durée : 99 mins | Un film de Yang Yun-Ho | Avec : Kim Gang-Wu, Kim Min-Sun et Lee Su-Gyeong

Scénario de Rainbow Eyes

Le propriétaire d’un club de gym est sauvagement assassiné. Les maigres pistes d’un cheveu et de l’ADN à partir d’une tache de sang tendent à incriminer un maître nageur, avant que la piste ne bifurque vers une sombre page du passé de l’homme.

Critique de Rainbow Eyes

Après Fighter in the Wind, le réalisateur Yang Yun-Ho revient avec un polar au nom de Rainbow Eyes, scénaristiquement intéressant et visuellement plaisant, mais malheureusement, trop stéréotypé et surtout sans donner une réelle âme à son œuvre cinématographique, il semble être sur de son talent technique, mais malheureusement, le film n’a pas autant de potentiel commercial qu’il ne le faudrait.

Rainbow Eyes tourne autour d’un sérial killer qui défi toute logique de raisonnement, mais également la vigilance des policiers chargés de résoudre cette affaire et la première victime est un dirigeant d’un club de sport qui semble avoir été victime d’un grand nombre de coups de couteau, la seconde, un entraineur de natation qui était en réalité le suspect numéro du premier meurtre, alors que le troisième se prépare, la police envoi le détective Cho Kyeong-yoon sur place, interprété par Kim Gang-Wu, à la recherche d’indice et découvre que le meurtrier est finalement introuvable, mais qu’il se nomme Lee Yoon-seo et qu’il se trouve être la personne s’étant fait maltraité en camp militaire il y a 10 ans déjà avec les trois victimes de ces meurtres en série.

Rainbow Eyes parle d’homosexualité dans le domaine militaire qui habituellement refuse cette forme de sexualité, le problème c’est que ce sujet est délicat, hautement polémique et peut déborder à tout moment, difficile donc pour le réalisateur de s’attacher à décrire celle-ci sans y perdre son objectivité.

Malheureusement pour lui, le film The Unforgiven avait déjà avant lui, exploré ce sujet avec un plus petit budget et moins de style, Rainbow Eyes a donc une difficile tâche, faire mieux que son prédécesseur et à vrai dire ce n’est pas avec ses scènes de motos ou flashbacks en pagaille, qu’il donne une plus grande crédibilité au film.

Le scénario est tout de même le point important de Rainbow Eyes et celui-ci a longtemps été gardé secret des journalistes pour qu’ils ne révèlent pas les points importants de celui-ci et contrairement à ce qu’on peut lire dans cette critique, il ne faut pas croire tout le temps à ce qu’on lit, parfois la vérité se cache bel et bien autre part, comme le suggère la scène finale du film.

Cependant, les incohérences du scénario et le déroulement de celui-ci est bien trop bancal pour satisfaire le connaisseur, certaines scènes sont également trop grossières, en somme, le sujet de Rainbow Eyes aurait pu surement être mieux traité, d’ailleurs, The Unforgiven a mieux réussit de son coté, donc bien évidemment, dirigez-vous sur celui-ci dans un premier lieu.

Résumé
Date de la critique
Titre du film
Rainbow Eyes de Yang Yun-Ho
Note
21star1stargraygraygray