Voici Infernal Affairs 3, le troisième opus de la trilogie, adaptée plus tard aux États-Unis. Ce troisième opus est-il à la hauteur des deux premiers ? Nous allons voir ça !

Scénario de Infernal Affairs 3

Après dix mois de purgatoire à un poste administratif, l’officier de police Ming, soupçonné à un moment de corruption et d’être responsable du meurtre de son collègue Yan, revient aux affaires internes.

Critique de Infernal Affairs 3

Infernal Affairs est une trilogie dont celui-ci est le dernier opus. Chaque Infernal Affairs a un rapport avec l’autre, tout ceci ne facilitant pas la tâche pour comprendre entièrement les ficelles de cette trilogie. Pour Infernal Affairs 3, l’histoire débute quelque temps après la mort de Yan (aka : Tony Leung) et semble s’approcher de la vie du personnage d’Andy Lau, d’un point de vue psychologique.

On peut donc ainsi l’observer dans son travail et sa réintégration. Rappelons-le, Andy Lau est une ancienne taupe de Sam, un baron d’une grosse triade. Andy Lau, va alors apprendre que plusieurs autres taupes sont encore en vie dans les locaux de la police….

À partir de ce moment-là, Infernal Affairs 3 prend deux directions dans deux endroits temporellement différents. La première est celle qui se déroule juste après l’épisode 1 de la trilogie.Une raison de plus pour apercevoir les anciennes têtes d’affiches, comme Tony Leung, Anthony Wong et Eric Tsang. La seconde direction se passe quelques mois avant la mort de Yan, donc quelque temps avant le premier épisode.

Le scénario donc autour de l’épisode 1 comme l’avait fait l’épisode 2 mais à moindre mesure. On sent bien qu’Infernal Affairs est en réalité qu’un seul film. Mais l’épisode 1 est-il intéressant pour en faire 3 films ?

Dans l’épisode 2, des éléments de l’épisode 1 refaisaient surface et peu à peu les intrigues du premier opus disparaissaient grâce au second épisode. À vrai dire, Infernal Affairs 3 n’est pas évident à regarder sachant qu’il faut avoir vu les deux autres Infernal Affairs, et de plus il n’y a pas longtemps de cela. Pour ma part, j’ai vu le premier épisode il y a facilement 2 an, donc je ne suis plus tout à fait au goût du jour pour comprendre totalement toutes les ficelles de ce numéro 3.

Contrairement aux deux premiers épisodes, Infernal Affairs 3 est beaucoup plus analytique.On décèle des intrigues dans des intrigues en nous dévoilant des éléments intéressants sur le caractère des personnages et leur vie cachée en dehors de leur boulot de flic ou de taupe.

Ici, Eric Tsang n’est pas aussi sympathique que dans le second épisode, où l’on ne voyait qu’une facette de son personnage, Andy Lau qui devient quelque peu dérangé et schizophrène après la mort de Yan.

Infernal affairs 3 n’est pas forcément très bon, mais devient intéressant pour les fans de la trilogie qui désire en apprendre davantage sur ce mystère des affaires interne. De plus, on retrouve quelques scènes bien sympathiques, rejoignant les scènes du premier épisode.

On peut par exemple voir, un duel entre Leon lai et Andy Lau sur la vitesse à la quelle placer une micro sous une voiture sans être repéré par l’autre, ou encore lorsque Andy Lau fouille le bureau de Leon lai sans lui avoir demandé, Andy Lau reçoit alors un appel, lui demandant ce qu’il fait dans le bureau ? La pression se fait alors sentir, le jeu du chat et de la souris n’est pas mort.

À part ça, Infernal Affairs 3 n’est pas autant au top que ses deux frères, et n’attirera pas les foules comme au début. Pour ma part, j’ai trouvé cet épisode intéressant, mais quelque peu longs, certains passages n’étaient pas utiles et auraient pu condenser ce troisième épisode.

Informations sur Infernal Affairs 3

2003 | Polar | HK | Un film de Andrew Lau et Alan Mak | Avec Andy Lau, Tony Leung, Kelly Chen, Leon Lai, Cheng Dao-Ming, Anthony Wong, Eric Tsang, Chapman To, Sammi Cheng, Edison Chen, Carina Lau, Gordon Lam et Shawn Yu

Infernal Affairs 3
Infernal Affairs 3 - 1
Infernal Affairs 3 - 2
Infernal Affairs 3 - 3
Infernal Affairs 3 - 4
Résumé
Date de la critique
Titre du film
Infernal Affairs 3 de Andrew Lau et Alan Mak
Note
31star1star1stargraygray